Part one: les Rocheuses canadiennes

Cucu! cuicui! caca!

J’arrive aujourd’hui au terme de trépidantes vacances, ce qui me laisse à nouveau le temps de dessiner… Malheureusement, mon niveau de coup de crayon s’élevant à 2,7 sur 10 (à peu près), je vais devoir faire un choix et ne vous narrer que les moments absolument fabuleux (vous ne saurez donc rien des moments fabuleux tout court).

(oui, les écureuils sont méchants et peuvent donner la rage, je vous signale)

Pour couper court à toute interrogation, les lacs sont bien turquoises – pas bleus, hein, TURQUOISES – et voici une photo pour le prouver:

Nous avons donc passé une semaine dans des paysages immondes. Mais le moment le plus marquant reste notre première rencontre avec un grizzli, alors que nous étions à la fin d’une randonnée de 5 heures. Ça ne nous était jamais arrivé, mais nous avons bien réagi grâce aux conseils délivrés par les panneaux de Parcs Canada, présents sur tous les sentiers de marche.

Bien entendu, tout s’est bien terminé… pas vraiment grâce à moi, mais bon. Le grizzli est parti tranquillement dans les bois, pendant que nous nous remettions gentiment de notre crise cardiaque.

Prochain épisode: Los Angeles!

Publicités

Gladiator

J’adore me promener dans le magnifique parc du Mont-Royal le dimanche…

On se rapproche de la nature, on observe les petites choses de la vie…

On est émue par les scènes touchantes que nous offre la faune…

Mais on assiste également à d’autres genres de scènes plus bizarres… Comme ce jour-ci où j’entendis tout à coup des hurlements sauvages

Puis je vis une épaisse fumée au loin, et une multitude d’ombres qui avançaient vers moi… en hurlant!

Petit à petit, j’aperçus ici un casque, là un gourdin, et des boucliers, des épées, des genouillères!!! tout ceci entassé sur des corps fragiles d’adolescents!

C’étaient les GLADIATEURS du Mont-Royal! des héros qui se donnaient rendez-vous tous les dimanches pour une lutte acharnée au bâton de mousse et épée enroulée de scotch!

La première fois ça fait bizarre d’avoir ça en face de soit. Petit shéma pour que vous puissiez mesurer l’ampleur du phénomène:

Et une fois que l’on se retourne, ça donne à peu près ça:

J’ai donc décidé de quitter ce joyeux braveheart de façon discrète et courageuse, pour ne pas attirer l’attention.