Canada nous voilàààààà!!!

Ces dernières semaines ont été de la folie furieuse! Quelle joie, les méandres du déménagement expatriation! Surtout couplé avec les travaux de dernière minute « ah merde j’avais pas vu qu’il manquait une plinthe ici » et du tri/rangeage de ouf « je sais pas quoi garder alors je jette tout ET JE M’EN FOUS JE RACHÈTERAI DES CONVERSES ET DU MASCARA GEMAY AU CANADA ça coûtera moins cher (fuck l’écologie) et pis aussi du nettoyage de parties jusqu’alors inconnues de l’appartement (trou derrière la placard du dessous de l’évier)

Arf. Bref.

C’est fini! ET ÇA COMMENCE! nous décollons demain à 12:15 de Charles De Gaulle pour notre appel du 18 juin à nous. Pour arriver là :

Houlala que c’est moche!

Je vous en avais parlé, Ma Banane au Canada is back! du coup, je me permets de faire ma grosse feignasse et pour la première fois de l’histoire de ce blog, je ne publie pas de dessin aujourd’hui – pour aller baver sur mon oreiller – mais vous allez en prendre plein votre tronche dans les semaines qui arrivent.

YOUPIIIIIIII!!!!

en attendant, hommage à Vancouver, et sa célébrité locale:

Tin tin tin tin tin tiiiiin tin tin tin

Dites frôôômage! (parte ouane)

Ceux qui me suivent le savent déjà, ma dernière interview n’avait pas été une expérience transcendantalement positive pour mon égo (cf ce post), ce qui fait que lorsque j’ai été contactée dernièrement par une journaliste intéressée par mon blog, j’ai tout d’abord été ravie et flattée et puis… un peu angoissée. Plus pour la photo, que le contenu de l’article (est-ce logique et sain d’esprit, je vous le demande).

Si bien que le matin du jour J, j’ai passé une heure d’un pathétisme assez violent devant ma glace, à essayer plusieurs faciès de star afin de trouver THE SOURIRE. (Je n’avais plus vécu ça depuis le CM2 et ma première photo de classe avec un amoureux dessus qui allait garder cette photo toute sa vie => méga pression => méga répétition devant le miroir et 3 jours pour trouver les vêtements adéquats => finalement pas du tout adéquats)

La journaliste travaillant à domicile, nous avions rendez-vous chez elle et vu que j’étais un peu stressée, j’avais pris mon SUPEEER GPS pour ne pas arriver en retard. Mais il ne trouvait pas le numéro 135 de la rue Bidule-machin-chouette, alors moi LOGIQUE, j’entre à la place le numéro 136 (genre ça sera en face, comme ça).

Deuxième partie de compte-rendu à la parution de l’article !!! whouuwhouwhou!